François Hollande inaugure le Louvre-Lens

Le président François Hollande inaugure mardi le musée du Louvre-Lens, posé sur un carreau de mine de l’agglomération la plus pauvre de France.

Au milieu des terrils, symboles de l’ancien bassin minier, se pose aujourd’hui une structure de verre et de métal : le Louvre-Lens. Ce musée, imaginé par l’équipe japonaise Sanaa, participe à la décentralisation culturelle. A l’intérieur, des chefs d’œuvre issus des collections du musée du Louvre de Paris.

Nous savons qu’un musée ne fait pas le printemps. Mais il signe au moins la fin de l’hiver” pour cette ville de 35.000 habitants, meurtrie par les guerres et la désindustrialisation, déclare Daniel Percheron, président (PS) du Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais qui porte le projet depuis le départ.

Lorsqu’il apprend que le Louvre songe à créer une antenne dans le cadre de la décentralisation culturelle lancée en 2003 par le ministre de la Culture d’alors Jean-Jacques Aillagon, M. Percheron, qui a grandi à Lens, se jette à l’eau. Il demande au patron du musée Henri Loyrette si la candidature de Lens serait “ridicule”. “Non, au contraire“, lui répond le président-directeur du Louvre.

Pour réussir son pari, le Louvre n’a pas hésité à envoyer à Lens toute une série de chefs-d’œuvre, notamment “La Liberté guidant le peuple” (1831) de Delacroix mais aussi “Balthazar Castiglione” de Raphaël ou “Louis-François Bertin” de Ingres, qui s’installeront pour un an.

Le Louvre-Lens, qui ouvrira au public le 12 décembre, a pour épine dorsale une Grande Galerie qui sera accessible gratuitement la première année.

Sous le nom temporaire de Galerie du temps, elle présente pour cinq ans plus de 200 œuvres dans un accrochage remarquable qui part de la plus Haute Antiquité pour aller jusqu’en 1850, retraçant le Louvre dans toute son amplitude chronologique et géographique en un seul espace.

D’ambitieuses expositions temporaires seront également proposées. La première porte sur la Renaissance et présentera notamment “La Sainte Anne” de Léonard de Vinci.

Le Louvre-Lens mise sur une fréquentation de 700.000 visiteurs la première année, et 500.000 les années suivantes. Située à une heure de Paris en TGV, la ville est au cœur du bassin minier, non loin de Lille et de la Belgique.

Leave a Reply