1 parent sur 2 rejoint Facebook pour espionner son enfant

Lors de son lancement en 2006, Facebook accueillait majoritairement des étudiants. En 2013, plusieurs générations sont représentées sur le réseau de Mark Zuckerberg. Etudiants, parents, tous se côtoient aujourd’hui mais les raisons des uns de s’inscrire ne sont pas forcément pas celles de tout le monde.

Si Facebook permet avant tout de rester en contact et de retrouver d’anciennes connaissances, de poursuivre des relations à distance et de se détendre, il permet également d’être informés des faits et gestes de chacun, pour peu que ces derniers les partagent.

Les parents ne s’y sont pas trompés. La moitié d’entre eux avouent s’inscrire sur Facebook pour surveiller leurs enfants. La question de la vie privée revient encore et toujours. Où s’arrête la surveillance dans l’intérêt de l’enfant et ou commence l’espionnage et l’intrusion dans son intimité ?

De l’autre côté, comment dire “non” à son père ou à sa mère ? 92% des parents sont ainsi “amis” avec leurs enfants sur le réseau social. Parmi ceux là, 43% se connectent pour voir le profil Facebook de leur fils ou de leur fille quotidiennement. Seul 1% des parents d’enfants inscrits sur Facebook ne consulte jamais leurs profils. Un tiers des interrogés répondent qu’ils sont embarrassés par des commentaires laissés par leurs parents et 30% d’entre eux retireraient ces derniers de leur liste d’amis “s’ils le pouvaient”.

0 comments
Votre adresse email