3 alternatives à Windows : UNIX et ses descendants Linux, Ubuntu

Le monde de la bureautique est dominé par Windows et ses principales versions (de XP à 7). Par conséquent, la majorité des utilisateurs d’ordinateurs pensent Windows et n’imaginent pas qu’il existe autre chose. Toutefois, grâce à la notoriété d’Apple via l’iPod et l’iPhone, les utilisateurs ont pris conscience qu’à côté de Windows, il existe une autre alternative : Apple et le Mac, mais ce n’est pas la seule non plus.

Il n’est pas nécessaire de détailler la saga Apple très liée à son créateur Steve Jobs, il suffit de se reporter à sa récente biographie par exemple.

Mais qui connaît UNIX et ses descendants que sont Linux, Ubuntu, …. Cette tribu de systèmes d’exploitation plus ou moins libres, plus ou moins ouverts, les OS (Operating System) de la technologie moderne. Laissez-vous guider dans la découverte de ce monde fascinant, performant et évolutif !

UNIX

Tout commence avec UNIX en 1969 (43 ans déjà), parfois écrit « Unix », avec des petites lettres.

C’est un système d’exploitation multitâche et multi-utilisateur, conceptuellement ouvert et fondé sur une approche par modules, laquelle offre de nombreux petits outils, chacun doté d’une mission spécifique. Il a donné naissance à une famille de systèmes, dont les plus populaires à ce jour sont System V, BSD, GNU/Linux et Mac OS X. Ce dernier est au cœur des ordinateurs d’Apple.

Commençons par quelques concepts clés sur UNIX :

  • l’ouverture ;
  • la modularité ;
  • le multitâche ;
  • le multi-utilisateur.

UNIX est un système ouvert

Cela veut dire qu’il est conçu, dès l’origine, non seulement pour communiquer avec le reste du monde, les autres machines, mais aussi que son code – comment il a été fait – est communiqué, partagé entre tous les développeurs de la planète. Ce mode, collaboratif avant l’heure, a conduit à son développement dans le monde universitaire aux origines.

Il a aussi et surtout permis l’émergence d’un système d’exploitation fiable, robuste à un coût raisonnable.

UNIX est un système modulaire

Cela signifie qu’UNIX n’est pas un “gros” système monolithique qui sait tout faire. Non. C’est un ensemble de petits programmes spécifiques qui “coopèrent” pour réaliser les tâches qui sont assignées à l’ordinateur sous la supervision d’un contrôleur et cette dernière notion est importante. Elle sera développée dans la section suivante “UNIX est un système multitâche”.

Dès lors, pour améliorer le système, il “suffit” d’ajouter un module pour qu’il soit capable de faire de nouvelles choses. On n’est pas obligé de tout reprendre.

UNIX est un système multitâche

C’est-à-dire qu’UNIX a la capacité d’effectuer plusieurs tâches en “même temps” du point de vue de l’utilisateur. La réalité est généralement différente, mais c’est un sujet en lui-même qui ne sera pas abordé ici.

On peut comparer l’ordinateur à une fourmilière où chaque fourmi accomplit une tâche. Pour que l’ensemble fonctionne correctement, toutes les fourmis ont un rôle différent, de manière analogue, l’ordinateur est constitué d’unités logiques qui accomplissent les tâches sous l'”autorité” d’un contrôleur – un chef d’orchestre – qui assure l’ordonnancement de l’ensemble.

La différence de base entre UNIX et Windows (même si ce dernier s’est sensiblement amélioré) est qu’UNIX est un système préemptif : c’est le système d’exploitation qui pilote les applications et non l’inverse.

Que celui qui n’a jamais dû rallumer son ordinateur car il était bloqué par Word ou Excel lève la main !

Quand un système est préemptif, le système décide de l’allocation des différentes ressources matérielles et logicielles (espace mémoire, stockage sur disque) en fonction des demandes des applications. Ce ne sont pas les applications qui font ce qu’elles veulent, si on peut dire.

C’est une notion très appréciée des industriels qui utilisent ce type de systèmes d’exploitation pour piloter les robots, dans les systèmes embarqués (pensez aux avions).

UNIX est un système multi-utilisateur

De nos jours, chaque personne a un ordinateur au travail.

Il fut une époque, pas si lointaine, où ce n’était pas le cas : l’utilisateur lambda disposait d’un écran, d’un clavier et d’un souris et c’était tout. Plusieurs personnes utilisaient donc le même ordinateur.

C’est une fonctionnalité importante car elle permet des gains de coût (par le partage de la puissance machine notamment).

Avec un système de type UNIX, vous pouvez utiliser une même machine pour travailler et aussi pour gérer vos impressions par exemple.

UNIX est un système d’exploitation très employé de par le monde. Toutefois, ce n’est pas lui qui constitue une alternative à Windows pour l’utilisateur “normal” que nous sommes. Ce sont plutôt ses descendants dont les principaux sont :

  • Mac OS X ;
  • GNU/Linux ;
  • Ubuntu et ses dérivés.

Mac OS X

Que vous dire pour que vous compreniez l’intérêt de cette alternative ?

C’est le système d’exploitation des ordinateurs d’Apple : iMac, Macbook Air, …

Pas besoin d’aller plus loin, n’est-ce pas ?

GNU/Linux

C’est une autre famille de logiciels : les logiciels libres ou “open source”.

La désignation open source s’applique aux logiciels dont la licence respecte des critères précisément établis par l’Open Source Initiative, c’est-à-dire la possibilité de libre redistribution, d’accès au code source et aux travaux dérivés.

GNU/Linux est un système d’exploitation dérivé d’UNIX issu d’un travail collaboratif dont les deux figures de proue sont Richard Stallman pour GNU et Linus Torvalds pour le noyau Linux.

GNU est un système d’exploitation libre lancé en 1984 par Richard Stallman et maintenu par le projet GNU. Son nom est un acronyme récursif qui signifie en anglais « GNU’s Not UNIX » (littéralement, « GNU n’est pas UNIX »). Il reprend les concepts et le fonctionnement d’UNIX.

Alors que GNU est un système d’exploitation complet, Linux est un noyau (kernel en anglais), c’est-à-dire la partie fondamentale de certains systèmes d’exploitation. Il gère les ressources de l’ordinateur et permet aux différents composants — matériels et logiciels — de communiquer entre eux. C’est le contrôleur, le chef d’orchestre décrit dans la partie “UNIX est un système multitâche”. Il a été initialement conçu par Linus Torvalds en 1991.

La combinaison des deux a donné naissance au système généralement appelé “Linux” et non “GNU/Linux” comme le réclame Richard Stallman.

“Linux” hérite de tous les concepts décrits plus haut pour UNIX, mais a suivi une logique d’implémentation sur PC et il s’est efforcé d’être plus proche des utilisateurs finaux.

Cela a permis :

  • d’avoir des procédures d’installation plus simples au fil du temps ;
  • une meilleure prise en compte des matériels, avec de plus en plus d’auto-détection ;
  • et surtout des IHM (interfaces homme machine, en clair les fenêtres, les boutons apparaissant sur les écrans d’un PC) de plus en plus ergonomiques et accueillantes.

S’il est vrai que Windows s’est aussi amélioré au fil des ans, il est important de souligner que “Linux” sait se montrer très tolérant avec des matériels plus anciens ce qui n’est pas le cas des dernières versions de Windows. Ces dernières requièrent des machines puissantes pour fonctionner correctement.

Ainsi “Linux” permet de disposer d’une informatique performante sans avoir des machines dernier cri, ce qui n’est pas négligeable pour les entreprises à petit budget par exemple.

L’histoire a donc donné lieu à toute une série de distributions telles qu’Ubuntu et Xubuntu.

Ubuntu, Xubuntu

Face à l’efficace “merchandising” de Microsoft dans la promotion de Windows, GNU/Linux avait du mal à exister malgré des atouts indéniables.

Par conséquent, les différentes versions sont très longtemps restées confinées au monde des geeks.

C’est alors qu’intervient Mark Shuttleworth et sa société Canonical Ltd.

Sa réflexion basée sur la philosophie de l’opensource est d’offrir un système informatique permettant à tout le monde de s’exprimer/travailler en débourser peu ou pas d’argent.

Canonical Ltd via Ubuntu s’est donc attachée à créer une solution “conviviale, intuitive et sûre”.

Ce triptyque a permis un décollage et une adoption plus importante de ce type de système d’exploitation.

Désormais, il est tout aussi facile d’installer Ubuntu que Windows. Quelqu’un n’ayant touché à un ordinateur ne sera pas désemparé devant une machine équipée de ce système. Ce ne fut pas toujours le cas.

Bref, UNIX via son “petit-fils” est sorti de sa niche …

De par sa composition modulaire, Ubuntu a permis l’éclosion d’autres distributions comme Xubuntu (version light, utilisant le bureau Xfce), Edubuntu (version dédiée à l’éducation), … La famille ne cesse de s’agrandir !

Conclusion

Force est de constater que Windows n’est plus le seul à permettre un usage facilité de l’informatique.

UNIX et sa grande famille permet d’accéder tout aussi facilement aux réseaux sociaux, à la toile, à la musique, …

Dans cet article, le monde des tablettes et autres terminaux mobiles n’a pas été abordé. C’est un éco-système dominé par  : iOS et Android. Ce dernier est d’ailleurs basé sur un noyau Linux. Le sujet d’un nouvel article, qui sait !

Résumons les points forts de ces candidats :

  • système stable ;
  • système ouvert et pérenne ;
  • système modulaire,
  • système ergonomique.

Êtes-vous prêts à sauter le pas ? L’avez-vous déjà fait ?  Connaissez-vous d’autres alternatives ?

 Sources : UNIX, OpenSource, GNU, Ubuntu.

8 replies to this post
  1. Sauté le pas avec Ubuntu mais néophytes s’abstenir.
    Une bonne connaissance de l’open-source est plus que nécessaire. Par contre une fois qu’on est formé, c’est juste magique. Ma machine ne plante plus 🙂
    Il y a Debian aussi.

  2. Mon PC portable commence à manquer de punch. Pourquoi pas passer sous Ubuntu, moins gourmand qu’un Vista !

  3. Il y a beaucoup de raccourcis dans l’article, mais c’est une bonne introduction pour les néophytes. Il est également à noter que Windows reprend un certain nombre de librairies Unix dans son noyau.

    Les Unix les plus courants dans le monde (HP-UX, AIX, Digital (Je suis sûr qu’il en reste quelques uns)) sont propriétaires et fermés. Seul Solaris (ex SunOS) est aujourd’hui ouvert.

    Unix est utilisé essentiellement côté serveur. Linux, quand à lui, est plus ouvert sur le monde du desktop. Même si les différents BSD suivent également cette tendance.

  4. mouais, il y a quand même Mandriva avant l’apparition d’Ubuntu, Ok Mandriva est en perte de vitesse…

    et le titre: 3 alternatives à Windows: Unix, Linux et Ubuntu
    perso j’en vois que 2 dans ton titre…

    de plus:
    je te cité”
    Mac OS X ;GNU/Linux ;Ubuntu et ses dérivés.”-Pourquoi séparer GNU/Linux, Ubuntu et ses dérivées?pour les descendant d’UNIX sont plutôt dans les grandes lignes:GNU/Linux,BSD(NetBSD, OPENbsd), Solaris(OPEN-Solaris), HP-UX, AIX, pour les plus connus… et pour Apple seulement MacOS X

    Pour revenir à GNU/Linux, il est présent autour de nous sans qu’on le sache forcémement: GPS, Box, etc

    Perso, j’ai encore besoin de Windows Xp(virtualisé) rien que pour certains matériels ou le driver n’existe que pour Windows et Mac.

  5. Fays, c’est effectivement un guide, une introduction pour amener les “simples” utilisateurs de Windows à connaître une autre réalité bien présente et mûre pour le grand public.

  6. En effet, quelques raccourcis et inexactitudes… Vous ne présentez non pas trois alternatives, mais une seule : UNIX !

    Ubuntu n’est qu’une des nombreuses distributions de type UNIX, par ailleurs basée sur une distribution GNU/Linux: Debian… Mac OS X quant à lui appartient à la famille BSD, qui appartient à son tour à la famille UNIX.

    Bref, je chipote un peu. Pour les débutants, je conseille la distribution GNU/Linux Mandriva, vraiment facile d’accès et qui a l’avantage de ne pas trop perdre les utilisateurs de Windows.

Leave a Reply