5 règles pour se démarquer dans la surabondance de contenu

Nous sommes clairement exposés à une surabondance d’informations grâce à l’évolution des possibilités de partage sur le net. Malheureusement, qui dit surabondance, dit saturation. Autrement dit, l’augmentation du “bruit” sur les plateformes de partage tels que les réseaux sociaux met à la trappe un bon nombre de messages qui seront tout simplement oubliés… Même s’ils pouvaient susciter l’intérêt !

Pa exemple, à moins que le temps nous le permette, il est juste impossible de capter tous les tweets de nos followings à partir du moment où ils sont plus de 100.


D’un autre côté, les partages sur les réseaux sociaux prennent le dessus sur la pertinence du contenu. Il devient de plus en plus difficile d’accumuler un nombre important de visites si l’article n’a pas été ou très peu partagé sur les réseaux sociaux. La pertinence des contenus se laisse écraser par la suprématie des réseaux sociaux.

De plus en plus souvent, ce n’est pas une quête vers l’apport de contenu qui se fait mais plutôt une quête vers un nombre de partages important. Il suffit d’observer le nombre d’articles qui expriment exactement la même information. Les réseaux sociaux sont donc un raccourci que des “producteurs de contenu” ont trouvé pour accumuler des visites sans pour autant fournir un contenu pertinent.

Cependant, à partir du moment où l’aspect social est fonctionnel sur un blog (bouton Twitter, Like, …), les contenus pertinents se partagent facilement et parfois même de façon virale.

A titre purement indicatif, pour 12 sites français d’actualité,  2% des visites de site proviennent de Facebook contre 0,2 % pour Twitter. Donc en réalité, très peu clics sur un lien Twitter menant vers ces sites d’actualité.

Règle n°1 : Soyez le premier dans ce que vous faites.

Il est évident que si l’on veut se démarquer, il faut être différent. Mais dans la pratique, il faut entre autre avoir un certain sens de la créativité.

Une façon d’y arriver est de ne pas créer son contenu en fonction d’une source mais plutôt de choisir ses sources en fonction du contenu à rédiger. Autrement dit, commencer par choisir son contenu avant de trouver les sources…

Règle n°2 : La perception que l’on a de vous compte.

En réalité comment pouvons-nous dire si tel ou tel article est meilleur qu’un autre ? Bien qu’il y ait une tendance générale, chacun a sa propre perception des choses.

L’image que l’auteur a sur la toile influence également la perception de pertinence. Tout comme une marque, un auteur qui aura donné cette image de confiance et de pertinence aura beaucoup plus de facilité à faire connaître son contenu.

D’où l’importance pour un blogueur d’être présent sur les réseaux sociaux pour se donner une image humaine de générosité dans ses partages et augmenter sa visibilité.

Règle n°3 : Se créer une personnalité à travers son contenu.

Une bonne façon de dégager une personnalité est de ne pas hésiter à donner son avis sur un fait. Il est clair que l’avis exprimé ne peut pas plaire à tout le monde mais tout du moins il pourra susciter des réactions et donnera alors cette impression à l’internaute de mieux vous connaître.

Les vidéos sont une belle façon de susciter l’engagement mais elles permettent surtout de mettre un visage à l’auteur. Cela se rapproche plus de la réalité et installe un certain confort puisque la vue est le premier sens stimulé lorsque l’on fait connaissance avec quelqu’un.

Bien entendu la meilleure solution est de discuter avec les internautes qui partageant ou pas les mêmes intérêts que nous. 

Règle n°4 : Il n’y a pas de concurrence quand on est blogueurs.

Tant qu’il n’y a pas de vente de biens ou services, entre les blogueurs, aucune concurrence ne doit s’installer. Le rôle d’un blogueur se résume souvent à créer du contenu. Il fait partie d’une communauté en perpétuel apprentissage sur un sujet et qui partage à propos de ce sujet. Rien de plus !

Se comparer sans cesse à d’autres blogs avec plus de notoriété, risque d’amener le blogueur à oublier la pertinence de ses sujets et à bloguer pour bloguer et… augmenter son score Klout. Le but étant de créer du contenu plus pertinent, d’apporter sa pierre à l’édifice et non pas d’être le meilleur.  

Twitter et Facebook grouillent d’informations mais plus personne ne s’écoute vraiment, tout le monde veut placer son mot à dire.

Règle n°5 : Se fixer des limites.

Cela dépend de la communauté à laquelle on s’adresse mais trop de publications ou trop de partages sur les réseaux sociaux peuvent très vite agacer. Chacun doit calibrer son activité en fonction du nombre moyen de publications qui se fait au sein de sa communauté.

Puisque, ne l’oublions pas, en tant que blogueur, vous faites inévitablement partie d’une communauté que ce soit sur les réseaux sociaux ou tout simplement par rapport au sujet que vous traitez. Se démarquer, c’est bien mais être trop différent peut mener aux oubliettes ! Il faut donc vous fixer des limites en fonction de votre communauté et de vos pairs.

Intéressez-vous à votre communauté, comprenez-la pour comprendre comment réagir avec elle, en apprendre plus et espérer qu’elle s’intéresse à vous en retour.

7 replies to this post
  1. être le premier, c’est bien, avoir une personnalité, c’est bien, mais on a beau avoir tout cela, quand on se fait “pomper” par des influents on peux rien faire fasse à la marée. Du coup, même en étant le premier c’est dur de montrer qu’on l’est.  

  2. Oui il est vrai que dans ce cas il est difficile de montrer qu’on était le premier à créer ce contenu. Mais l’important est de personnaliser au maximum ses contenus.

    Par exemple une analyse de fait ou on exprime son opinion ne peut pas vraiment être “pomper” par d’autres. A force de créer du contenu pertinent et personnalisé je pense qu’à long terme ( même si c’est un processus lent) on finira bien par se démarquer… Même si cela peut être un travail éprouvant au départ. 

  3. Je suis complètement d’accord avec toi. Tout dépend du secteur, de la position du blog, de la cible et bien d’autres paramètre. L’important c’est de ce faire plaisir en écrivant/partageant . Du moins pour ma part.

  4. Et si finalement la solution c’était de rédiger du contenu intéressant sans se demander s’il va plaire ou pas… juste pour le plaisir d’écrire et de dire un truc qui nous ressemble ?

  5. Bien sur que le premier but d’un blogueur doit être de se faire plaisir comme tu dis Olivier.

    Ce que je voulais un peu “dénoncer” dans cet article est que certains blogueurs ont souvent une vision trop “mercantile” de leurs articles, ils pensent d’abord à ce qui pourrait marcher, avant de penser à ce qu’il pourrait écrire.

    J’ai essayé d’illustrer par ces 5 règles une aide pour avoir une vision de plaisir à écrire en se basant sur notre propre créativité. Cela pour essayer d’éviter la redondance de contenu presque inutile que l’on observe ! 

    Le premier but d’un blogueur étant, dans un premier temps, comme tu le sous entend, d’apporter quelque chose à la communauté et non pas d’accumuler des visites. Cependant, je comprend la frustration de certains, comme l’exprimait Olybop, qui ont l’impression de créer du contenu pertinent sans avoir le résultat qu’ils souhaiteraient…  

Leave a Reply