Développement participatif : l’exemple Tweaz.com

Bien souvent lorsqu’on crée une start-up ou met en ligne un nouveau service, la principale difficulté est de le faire connaître et d’acquérir une taille critique, aussi bien en nombre d’utilisateurs qu’en trafic. Les solutions pour faire connaître un nouveau service sont bien connues : Web-marketing (Adwords, Social Media, bannières,….) ou marketing traditionnel. Ces solutions ont évidemment toutes fait leurs preuves, mais restent pour la plupart assez coûteuses et demandent un réel savoir-faire.

Le site Tweaz.com a opté pour une autre solution, plus moderne et basée sur le partage : le développement participatif. Le développement participatif est une alternative maline pour acquérir une masse critique d’activité sur le site : chaque utilisateur devient actionnaire de la société. Cela a comme intérêt non seulement d’attirer des internautes mais de les impliquer dans le fonctionnement du site. Ayant un intérêt personnel dans l’affaire, ces derniers sont inévitablement plus aptes à en parler autour d’eux.

Quelques mots sur Tweaz : il s’agit d’un site d’achat-vente se différenciant des autres sites de petites annonces par son système “d’utilisateurs vérifiés”. Les utilisateurs (acheteurs ou vendeurs) peuvent être certifiés de plusieurs manières : soit par l’envoi de leur carte d’identité (un peu fastidieux), soit par la confirmation par leurs amis, via les réseaux sociaux. Exit donc les vendeurs anonymes, les arnaques et les mauvaises surprises.

Preuve de l’efficacité du développement participatif, en seulement 4 mois, Tweaz a réussi à réunir sur son site 10 000 utilisateurs, s’échangeant l’équivalent de 7 millions d’euros de biens. Aujourd’hui, c’est près de 1 500 internautes qui sont actionnaires de la société. A la différence du “financement participatif”, plus connu, il n’y a pas ici de notion d’argent. En tout cas pas de l’utilisateur vers la société, comme c’est souvent le cas.

Le financement participatif est souvent utilisé dans les projets humanitaires par exemple. Ici l’aide demandée n’est pas financière, mais commerciale, et qui plus est, doublée d’une prise de participation. On peut légitimement penser que cela attirera donc volume supérieur de personnes.

Seul point négatif (outre la cession de part de la société), on peut se poser la question du profil des internautes-actionnaires : sont-ils venus uniquement pour devenir actionnaires ? Sont-ils vraiment actifs sur le site ? L’avenir nous dira si ce système fonctionne. Une chose est sûre, cela fait parler !

1 reply to this post
  1. Lorsqu’on parle de développement participatif, beaucoup de personnes voient uniquement la lévée de fonds ce qui n’est pas tout à fait juste car comme Tweaz.com, Devhope.com encourage l’appropriation de sa plateforme par tous ces utilisateurs pour rendre visIble des projets d’intérêt général. On à tous une bonne raison de s’impliquer dans ce que font ces sites pour le bien-être de la population.

Leave a Reply