Facebook va-t’il lancer son moteur de recherche?

Selon le site Bloomberg Businessweek, après avoir déposé son projet d’introduction en bourse (en mai prochain?) pour lever quelques milliards (les faiblesses de Facebook par Facebook), Mark Zuckerberg a dévoilé à ses proches une partie de ses projets pour le futur.

Et il a montré sur son profil Facebook, une photo de son bureau avec une image que plusieurs ont prises pour un prototype de moteur de recherche Facebook. Pour le moment Facebook n’a jamais clairement creusé la voie de la recherche, les chiffres montrent d’ailleurs que les internautes ne font pas de recherches sur Facebook.

Nous savons tous, utilisateurs de Facebook, que le moteur de recherche interne peut nous aider à trouver des amis ou des pages, mais il est encore peu pertinent : on trouve plus facilement une page officielle en passant par Google. Une recherche fait souvent ressortir des pros, des profils, des pub non ciblées et des pages qui ne correspondent pas réellement à ce qu’on cherche. D’après le site Bloomberg Businessweek, Facebook a enregistré 336 millions de recherches en Février (source Comscore), un chiffre dérisoire comparé à celui de Google (90 milliards par mois).

Cependant, les choses pourraient s’améliorer rapidement dans la mesure où Lars Rasmussen, un ancien ingénieur de Google, accompagné par une équipe de près de 25 personnes travaillent à l’amélioration de ce moteur. Le but serait de se reposer sur les énormes quantités de contenus partagés: posts, articles, vidéos, photos et d’intégrer également des éléments du web, notamment ce que les utilisateurs ‘Likent” au fil de leurs sessions sur Internet.

Bloomberg rappelle que le marché de la pub en ligne pèse aujourd’hui 15 milliards de dollars. C’est à la fois un énorme potentiel à conquérir et un moyen d’attaquer le rival Google qui, de son côté, bouge vers le social avec GooglePlus. Avec un meilleur moteur de recherche, on pourra rechercher le restaurant le plus proche et qui a été le plus “liké”. Plusieurs étudiants de la Génération Y, m’ont confié que le mode de fonctionnement de Google qui consiste à mettre en avant les sites les plus souvent visités ne les convainc pas. Ils n’utilisent pas un moteur de recherche pour être renvoyés vers des articles qu’ils connaissent déjà, mais pour faire des découvertes. De plus, ce serait aussi un moyen pour Facebook de s’approprier une partie du juteux marché de la vente de mots-clés publicitaires, à l’heure où Facebook cherche des relais de croissance pour son entrée en bourse.

Facebook et Google ne vont pas lutter à armes égales. Google a une avance difficilement rattrapable qui lui assure une position de choix (2/3 de la recherche aux USA) et lui permet de suivre 1000 milliards de pages. Mais, Facebook dispose d’une impressionnante quantité de données sociales qui vont pouvoir être structurées et organisées pour fournir des résultats pertinents. Google “crawle” et indexe tout le web, Facebook propose déjà à ses membres de signaler le contenu le plus pertinent, que ce soit des articles, des recettes ou des promos. Il ne suffit à Facebook que de rendre l’exploitation de ces données plus efficace.

Crédits photos : Bloomberg Businessweek

Leave a Reply