IBM Smarter Commerce : les dernières tendances du shopping digital

Consom’acteur, le consommateur connecté est au centre des préoccupations des e-commerçants. Le processus d’achat devient de moins en moins linéaire, et se partage entre téléphone, Internet et magasin. Le centre IBM de La Gaude fait le point sur les nouvelles tendances du shopping digital regroupées dans les solutions Smarter Commerce.

Selon une étude de Markess International, les interactions par canaux digitaux (compris mobile) devraient dépasser en 2014 les canaux traditionnels (52% contre 48%), alors qu’ils ne représentent encore que 42% aujourd’hui. Les e-commerçants développent de nouvelles interactions avec le consommateur numérique : shopping IPTV, achats individualisés, essayage virtuel, achat NFC… Quelles sont les nouvelles tendances du shopping et les nouveaux services que l’on trouvera demain en magasin ou chez soi ? Petite sélection, parmi plusieurs innovations présentées par le centre IBM de La Gaude.

1) Shopping assisté

En 2015, 43% des utilisateurs de téléphones mobiles auront un smartphone. Fort de cette prévision, le département Recherche d’IBM a conçu ARISTO (Augmented Reality InStore Offer) pour aider le consommateur dans ses achats en magasin, fondé sur l’utilisation de l’appareil photo d’un smartphone. Pour commencer, le consommateur entre ses données personnelles sur l’application ARISTO qu’il a téléchargée sur son téléphone.

Chez lui, il complète son profil consommateur (type carte de fidélité) avec ses préférences alimentaires (peu de sucre…), habitudes diététiques telles que la sensibilité à des produits comme les noix, le lait… Arrivé en magasin, le consommateur lance l’application sur son smartphone, et se dirige vers un rayon. ARISTO a déclenché l’objectif photo et identifie les produits par reconnaissance d’image. L’application effectue un classement des produits proposés par rapport à ses préférences alimentaires. Le consommateur reçoit des recommandations et des offres personnalisées. Sans lecture de code barre, le système aide le consommateur à choisir les produits les plus adaptés à ses préférences personnelles et à ses besoins. Il simplifie aussi l’affichage environnemental : éthique, bio, commerce équitable, aliments locaux…

2) Cabine d’essayage virtuelle

Comment attirer les clients à venir en magasin ? Les consommateurs on peu de temps pour l’essayage entre midi et 14h, mais la réalité augmentée permet d’essayer des vêtements virtuellement, grâce à un écran de taille miroir, sans passer par la case cabine !

On a choisi le modèle mais on hésite sur le coloris : il est possible d’essayer des choix de couleur indisponibles qui seront livrées plus tard, ou disponibles dans un autre magasin. ARISTO propose des modèles à essayer sur le côté de l’écran. Les modèles sont manipulables par gestes détectés par une caméra Kinect.

3) Coshopping

D’après une étude IBM 2012 présentée par Pascal Gaussen, Directeur IBM Smarter Commerce, les sources d’influence dans le processus d’achat sont pour 42% les amis et la famille, puis 31% les spécialistes (19% d’avis de consommateurs et 12% d’experts) et enfin 27% pour les fabricants et distributeurs.

Surfant sur la vague “sociale”, l’application Coshopping permet à deux consommateurs d’explorer un magasin en ligne, de voir les articles et de chatter. Coshopping synchronise en temps réel les navigateurs de deux acheteurs pour créer une séance de shopping à deux. Les acheteurs peuvent alternativement prendre le contrôle de la session, sélectionner les éléments et s’envoyer des messages. Cependant, chaque acheteur a une session de navigation séparée.

4) Dialoguer avec un expert en magasin

Porté par la même étude, IBM Smarter Commerce facilite l’accès aux experts (voir 3).

A la maison, le consommateur pilote sa télévision IPTV depuis sa tablette. Il navigue sur un site marchand avec affichage sur l’écran. Intéressé par un produit technologique et d’un prix important, il prend rendez-vous en magasin avec un conseiller. L’arrivée du consommateur va être signalée à l’expert en magasin dès son entrée grâce à un capteur, permettant aussi un accueil personnalisé.

Toujours en magasin, il est frustrant de ne pas pouvoir dialoguer avec un vendeur spécialiste, si le vendeur est occupé avec un autre client par exemple. Plus de souci si l’on peut appeler un (télé)vendeur à partir  d’une borne interactive et dialoguer en ligne.  La visite en magasin prend un nouveau sens avec la garantie de disposer d’un expert, facilitant la décision d’achat (cerclé dans la photo ci-dessous).

 

5) Expérience interactive en magasin

En magasin, on dispose d’écrans interactifs qui permettent de gagner du temps et  de visualiser les modèles. Assortiment, agrandissement des modèles, le magasin propose une expérience unique. On peut imaginer que l’achat d’impulsion, grâce aux offres d’échange, peut être favorisé par ce type d’interaction.

 6) Marketing 1:1 : mieux connaitre le consommateur

Moins visible mais aussi important pour le consommateur, les e-commerçants doivent mieux connaître leurs clients. Ceux-ci sont d’accord pour partager des données, si elles sont vraiment utilisées, par exemple pour les conseiller dans leurs achats (cf 1). Les e-commerçants disposent de nombreuses informations sur leurs clients, mais elles demandent à être consolidées pour offrir une vue 360°.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=oE_EpZf-zYQ[/youtube]

Avez-vous déjà testé ces 5 nouveaux services ?

Crédits photo : IBM

 

Leave a Reply