La nuit, on éteint tout (ou presque) !

A l’heure où le gaspillage est devenu un sujet d’actualité, le gouvernement s’est attaqué à l’éclairage public. Un arrêté a été publié le 30 janvier au Journal Officiel posant plusieurs règles nouvelles sur ce thème. Cet arrêté a été rédigé par le ministère de l’écologie sur la base de l’ancien exécutif.

Le descriptif de l'arrêté sur l'éclairage public

A partir du 1er juillet 2013, tous les éclairages des bâtiments résidentiels devront être éteints au plus tard à 1h du matin. Cette mesure concerne les bureaux, les magasins et leurs vitrines, les façades de monuments et les gares.

Le ministère de l’écologie indique que cette mesure devrait permettre une économie de près de «2 térawattheures (Twh) par an, ce qui correspond aux besoins de 750.000 foyers» ou une économie de 250.000 tonnes de CO2 selon l’ADEME !

La France se pose en pionnière sur le sujet de la sobriété énergétique. En plus de s’attaquer au gaspillage énergétique, cette mesure permettra de réduire les coûts, et aura également un impact positif sur le vivant : retour à la migration ou à la reproduction des animaux, cycles humains du sommeil, etc.

Des exceptions pour un éclairage responsable

L’objectif n’est toutefois pas de plonger la France dans le noir absolu et ainsi nuire à la sécurité ou à la réputation de certains lieux touristiques. Tout ce qui relève de l’éclairage public (lampadaires, éclairages des routes et autoroutes, etc.) et des hôtels ne sont pas concernés par cet arrêté. De plus, 41 communes sont aussi exemptées, parmi lesquelles “la ville Lumière” avec sept zones (Champs-Elysées, Butte Montmartre, rue de Rivoli, Place des Vosges…), mais aussi le centre touristique de Marseille ou de Nice, le Vieux Lyon, Chartres… Délivrées par le préfet de la ville, il existera aussi des dérogations exceptionnelles liées à certains évènements particuliers tels que Noël, des fêtes ou animations culturelles nocturnes.

Tous se réjouissent de cette avancée vers une consommation énergétique plus responsable. Néanmoins, certains ONG et syndicats estiment que cette mesure ne va pas encore assez loin. Selon la déléguée générale du Syndicat de éclairage, Elise Bourmeau,  le gouvernement pourrait favoriser les équipements électriques moins gourmands en terme de consommation d’énergie.

Sources :

Le Monde
La Voix du Nord

AUTHOR
Passionnée par le développement durable et l'entrepreneuriat social et solidaire, j'aime découvrir et faire découvrir ! Je travaille depuis 4 ans dans le développement durable. Parallèlement, je suis membre active de MakeSense, réseau internationnal ayant pour objectif d'aider les entrepreneurs sociaux à résoudre leur challenges, de Disco Soupe Lille ainsi que de la Guerilla Potagère à Lille.
0 comments

Trackbacks

Votre adresse email