Les challenges de la TV du futur

Mardi dernier, direction un événement organisé par MBA HEC Lausanne Alumni avec le soutien de CANAL+ Suisse pour “live-twitter” la conférence sur « Les enjeux de la TV digitale ». Maxime Saada, Directeur Général Adjoint de CANAL+, en charge de la distribution, était pour l’occasion, armé d’une belle série de films pour nous présenter les challenges que représente la télévision de ces prochaines années.

Suite à la récente fermeture de Megaupload, ce sujet s’avérait particulièrement intéressant. Le grand avantage de ce site était la disponibilité des séries en VOstfr, une journée après leur diffusion, en quelques sortes la primeur de visualisation. Depuis, deux semaines, si vous n’étiez pas adepte du P2P,  il ne restait plus que la Video On Demand de Swisscom TV.

Vous l’aurez compris, le marché de la télévision est bouleversé. D’ailleurs, en France, dixit M. Saada, un ménage possède en moyenne 6.6 écrans (TV, ordinateurs, tablettes, etc…). Ce qui signifie un accès pratiquement illimité, où je veux, quand je veux, ce que je veux. Exit les guerres de zapettes au sein de la famille ; chacun regarde ce qu’il souhaite quand il le souhaite.

CANAL+ l’a bien compris. Durant toute la conférence, Maxime Saada illustre ses propos avec des films, certes promotionnels de la chaîne, qui mettent en avant les besoins du consommateur. Comme il le dit lui-même « la satisfaction du téléspectateur prime ».

Mettre la satisfaction du client en priorité, sur des supports démultipliés, voici donc deux des enjeux pour CANAL+, le troisième étant de fournir du contenu de qualité, exclusif, etc. soit en achetant des produits soit en les fabriquant. Dans le premier cas, se pose bien évidemment la question des droits. Dans le second, ce n’est pas tellement la réalisation qui est un challenge, mais surtout de trouver des auteurs français surfant sur les nouvelles tendances des séries, sans en faire des séries américaines.

Pour répondre à ces trois points-clés, CANAL+ a lancé, en France en novembre dernier, CANALPLAY INFINITY.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xm6osr_avant-premiere-sfr-canalplay-infinity-sur-neufbox-tv_tv [/dailymotion]

En voici les principales caractéristiques :

  • Du contenu personnalisable : favoris, like, unlike, commentaires, sélection thématique, etc… Il semblerait même qu’en fonction de votre conso, il vous recommande des programmes !
  • La facilité d’utilisation : en voyant le film de démo diffusé ce soir-là, on pourrait presque l’utiliser les yeux fermés.
  • Le prix : avec un prix défiant toute concurrence en France (9.99 euros), qui ne pourrait pas se le payer ?
  • La disponibilité sur l’ensemble des supports numériques dont PC, Mac, tablettes, smartphones, etc…

L’adoption de cette nouvelle forme de consommation télévisuelle devrait se faire tout en douceur, puisque à ce jour, le processus décisionnel au sein d’un ménage prend 9 mois pour s’abonner à CANAL+, selon les informations fournies par M. Saada. Ajoutons-y un taux de notoriété proche de 100%, une communication émotionnelle proche du client, et le tour est joué !

Si en France, CANAL+ a déjà lancé ses nouvelles offres par le biais de SFR et de la Freebox, fin 2011, en Suisse c’est n’est pas encore le cas, l’offre se situe au niveau de la Video on Demand (VOD) et à la sensibilisation des ménages à la possibilité d’avoir accès à la TV en numérique. Swisscom et ses concurrents, même s’ils ont déjà rajouté le bouton « favoris » sur la VoD, ont encore du pain sur la planche. D’ailleurs, il semblerait que le leader du marché suisse prépare une évolution de son offre.

A quand l’offre CANALPLAY INFITINY pour le marché suisse ? A suivre…

Leave a Reply