Marketing Direct, ROI et Spam : 3 concepts en voie de mutation (partie 1)

En tant que professionnel collaborant au sein d’une entreprise du « numérique », vous déplorez de recevoir des emails publicitaires vantant les mérites de chaussures de sécurité avec coque acier.

En tant que particulier, vous êtes régulièrement intégré à de nouvelles listes de diffusion, y compris de services ou de marques dont vous ignoriez jusqu’alors l’existence.

Bienvenue dans le monde du Marketing Direct, du ROI et du Spam… Nouvelles formules !

Marketing Direct ou Mass-média ?

Au regard de l’évolution actuelle de l’email à vocation marketing, on peut légitimement se demander s’il est encore approprié d’assimiler un emailing à une opération de marketing direct.
En effet, avant l’ère de la communication numérique, ce concept désignait toute forme de dialogue direct avec le consommateur, que ce soit par courrier postal, par téléphone, SMS, ou e-mail.

La pratique du marketing direct suppose un ciblage a minima des destinataires de la promotion, l’objectif poursuivi étant, selon la formule consacrée, de proposer « la bonne offre, à la bonne personne, au bon moment ! ».

L’essence même du marketing direct est la suivante : une opération parfaitement ciblée doit apporter aux consommateurs une impression d’information pertinente, voire même de service rendu.
Et pas tant un sentiment de nuisance !

Or, force est de constater qu’en matière d’emailing, les usages du secteur glissent peu à peu sur des pratiques qui s’opposent radicalement aux principes fondamentaux des techniques de marketing direct : bien qu’empruntant un canal « MD », nombre d’opérations confinent aujourd’hui plus à de la communication type « mass-média » qu’à de l’offre ciblée et personnalisée.

En d’autres termes, au ciblage, à la pertinence, et au dialogue direct avec le consommateur, on privilégie une diffusion massive qui ne tient pas compte de la civilité, de l’âge, des centres d’intérêts, de la localisation, etc. de la cible. Du jamais vu en matière de marketing direct puisqu’on va même, le plus souvent, jusqu’à ignorer la provenance réelle des adresses dont on se soucie au demeurant peu !
Ainsi, lentement mais surement, l’âme originelle du marketing direct « façon off line » se retrouve peu à peu dévoyée au nom du sacro-saint ROI, un autre concept actuellement en pleine voie de mutation conceptuelle, qui sera abordé dès demain.

1 comments
Adrienwiesenbach
Adrienwiesenbach

Peut être que si l'envoi d'un e-mail était plus cher, on réfléchirait à 2 fois avant d'en envoyer un. En mailing classique papier, les publicitaires y réfléchissent, ça c'est sûr !

Votre adresse email