Médias sociaux et E-commerce : la recette

Les médias sociaux sont souvent mis sur un piédestal, comme des outils incroyables pour augmenter facilement le chiffre d’affaires d’une boutique e-commerce. On parle de E-commerce comme d’une révolution, mais il n’en est rien. Il est évident que dupliquer sa boutique sur une page Facebook ne marche pas. Cela a été fait, refait, testé et re-testé… rien n’y fait, les ventes sont désastreuses.

Pourquoi cet échec ? Tout simplement parce que les internautes ne sont pas sur Facebook pour acheter, mais bel et bien pour tisser des relations sociales, but premier du site. Ce qui est intéressant pour les sites marchands (comme pour les marques d’une manière générale), c’est d’utiliser ce tissu social pour dynamiser ses ventes ou sa promotion.

Les médias sociaux sont une révolution dont les sites e-commerce peuvent grandement tirer avantage. Sans exhaustivité, voici quelques pistes applicables pour en tirer un maximum de profit.

Socialiser votre site e-commerce plutôt que vendre sur Facebook :

Le temps et l’expérience l’ont démontré, mettre en place une boutique sur Facebook ne fonctionne pas, ou mal. Les messages commerciaux sur les médias sociaux d’une manière générale sont mal perçus. Il est préférable de “socialiser” directement le site marchand pour bénéficier des avantages offerts par les médias sociaux. Les stratégies de socialisation d’un site peuvent être extrêmement simples, comme très compliquées. Le premier stade de socialisation peut être le simple relais des espaces sociaux de l’entreprise : une “like box”, une “box Twitter”. L’affichage de ces espaces vous permet de capitaliser sur votre communauté.

Au fil du temps, si vos produits plaisent et que vous animez correctement ces espaces, vous allez acquérir des fans sur votre page Facebook, des followers sur Twitter, vous offrant ainsi un moyen de communication vers votre communauté (composée de prospects et clients).

Le second stade de la socialisation consiste à mettre en place des applications sur votre boutique, vous permettant de lui donner un caractère plus social sans pour autant nécessiter de lourds développements. Des applications ou logiciels comme SoShake, iAdvize peuvent aider à cette socialisation (il en existe beaucoup).

Enfin, étape la plus avancée dans la socialisation de votre boutique en ligne : l’intégration de l’Open Graph de Facebook. Pour faire court, l’Open Graph vous permet de transformer vos produits en “objets” reconnus par Facebook et d’y associer une “action”. Le but étant de faire devenir virales les actions qui se déroulent sur votre site : “Bob ACHETE un PULL” ou “Bill TESTE un LOGICIEL” (au lieu du traditionnel et moins viral “Bob aime Boutique X” engendré par un bouton “like” classique).

Les médias sociaux pour “recruter” des prospects et des clients

Les médias sociaux ont la particularité de donner accès aux données sociales des internautes. C’est le fondement même des médias sociaux (et bien souvent leur “business model” aussi). Alors, pourquoi ne pas en profiter pour utiliser ces données à des fins de prospection ?

Par exemple, vous possédez une boutique en ligne de produits pour enfants : les recherches de filles qui ont inscrit le mot “maman” dans leurs biographies Twitter pourraient peut-être vous intéresser…”Recherche Twitter “Maman”. Cette recherche est un exemple, les données accessibles librement sont gigantesques. Sur Twitter toujours, il ne faut pas perdre de vue que toutes les conversations sont visibles de tout le monde. Il vous est donc possible d’avoir accès aux membres qui parlent de voitures, de mode ou de n’importe quel autre sujet en cohérence avec votre secteur. Vous avez donc accès à des prospects qualifiés, gratuitement.

Si l’accès à ces informations est gratuit, l’exploitation des données l’est moins, ne serait-ce qu’en temps. L’investissement n’est pas obligé mais il vous permettra d’accélérer de manière conséquente votre stratégie, de l’industrialiser.

Si cela est gratuit sur Twitter, c’est un peu plus complexe sur Facebook, qui a fait de la possession de ces données son “business model”. En effet, Facebook offre la possibilité de cibler des profils selon leurs données sociales, moyennant un certain investissement. La régie publicitaire (Facebook Ads) fonctionne à peu près de la même manière que celle de Google Adwords, pour ceux qui ont déjà expérimenté. Facebook offre donc la possibilité d’annoncer sur des profils ciblés. Les publicités peuvent rediriger vers des sites externes (votre boutique), vers des pages “fans” de Facebook ou vers des applications. A vous de trouver la meilleure solution, cohérente avec votre stratégie : acquisition de trafic pure sur votre site ou capitalisation et fidélisation sur votre page “fan” ?

Acquisition de trafic ciblé

L’acquisition de trafic ciblé, à moindre coût, est le rêve de tous. Avec les médias sociaux, il est possible de le faire gratuitement. L’argent ne sera qu’un accélérateur dans son acquisition. Alors comment acquérir du trafic ciblé grâce aux médias sociaux ? Voici quelques pistes :

  • Tenir un blog avec une ligne éditoriale cohérente (sous-entendu, sur un sujet qui intéresse votre cible)
  • Mener une campagne de RP 2.0 : contactez des blogs dont le lectorat est votre cible de prospect, proposez des échanges de visibilité aux bloggeurs (échange d’articles, “guest blogging”, échange de liens…)
  • Solliciter votre communauté : publiez des liens vers votre site sur vos différents profils Facebook, Twitter ou autres
  • Utiliser les Facebook Ads
Évidemment, ces techniques ne peuvent pas être appliquées du jour au lendemain et nécessitent de construire “petit à petit”. Le Web 2.0 a peut-être le désavantage d’offrir des résultats à plus long terme que les actions de marketing classique mais il compense largement avec son côté “cumulatif” : chaque action entreprise s’appuie sur la communauté existante, et la fait croître, lui donnant d’autant plus d’impact.
3 replies to this post
  1. @ Marie : vos constatations se vérifient chez de nombreux marchands,

    Mais n’oublions pas que le f-commerce en est encore à ses balbutiements, créer une f-boutique est une bonne idée mais à l’heure actuelle il faut surtout prendre soin de sa communauté (pour cultiver sa fidélité), ce que vous semblez déjà faire trés bien ceci dit 😉

    Une remarque : Est-ce que les premières vitrine-facebook n’étaient pas comme les “flyers du métro” : sympa, coloré, mais “jetable” si rapidement…

    le nouvel OpenGraph permet désormais une approche plus poussées et plus impliquantes des fans,

    le SMO a de beaux jours devant lui, et vous avez affaire à un expert en la personne de Florent 😉

    bonne continuation

    GS

  2. Tout à fait d’accord avec toi Geoffray (merci pour le compliment au passage). Je pense qu’Open Grpah va changer tout ca très rapidement ! Les boutique sur Facebook vont prendre de l’efficacité, mais c’est encore trop tôt. 
    Marie, votre stratégie semble la bonne : se servir de FB comme un outil d’acquisition de trafic ciblé et de fidélisation.

Leave a Reply