RIM présente son Blackberry 10, un ultimatum pour survivre ?

Situation financière difficile, une innovation peu présente, Research In Motion tente le tout pour le tout en présentant une batterie de nouveaux outils de développement, ainsi qu’un tout nouveau modèle entièrement tactile, brisant les lignes de design que l’on connaissait chez Blackberry jusqu’à aujourd’hui. Peut-on espérer que l’entreprise sorte la tête de l’eau?

Hier (mardi 1er mai), RIM a dévoilé un tout nouveau prototype du nom de Alpha Dev entièrement tactile, ne présentant aucun clavier physique, alors que tous les précédents modèles en étaient doté. Possédant un écran de 4.2 pouces, il vise à reconquérir un marché de plus en plus bipolaire, dominé par l’iPhone d’Apple ainsi que par les smartphones Android. Après qu’en janvier 2012 les deux co-fondateurs de RIM, Mike Lazaridis et Jim Balsillie aient quitté respectivement leurs postes de directeur général et président du conseil d’administration, il était urgent pour la firme de se remettre à flot en proposant quelque chose de nouveau pouvant rivaliser avec ses concurrents.

Ci dessous la vidéo de présentation du nouveau modèle :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=JEPYYo0-gfc[/youtube]

Visiblement, ce n’est pas ce nouveau modèle, ainsi que les mises à jour vers Blackberry OS 7.1 prévues dans très peu de temps sur les derniers modèles sortis (à savoir le Blackberry Torch 9810 et 9860, Bold 9790 et 9900, Curve 9360 et 9380) qui aura rassuré les investisseurs : A peine la présentation terminée, l’action de l’entreprise canadienne chutait de plus de 5,8% à 13.31$ l’action à la bourse de Tokyo. Après une année chaotique, où RIM a essuyé une perte de 125 millions de dollars, l’entreprise espère se ressaisir avec les différentes opportunités se présentant à elle :

Soit elle sera rachetée par un des géants de la téléphonie mobile ou de l’informatique, ou elle tentera de reconquérir la clientèle avec un renouveau que chacun voudrait voir, à savoir un Blackberry OS 10 amélioré pour la fin de l’année, des applications plus nombreuses et de meilleure qualité (L’AppWorld continent 60000 applications contre plus de 750000 pour l’Appstore), ou alors recentrer son activité chez les professionnels, comme à ses débuts, alors que son marché est principalement orienté pour séduire le grand public ? Affaire à suivre…

Leave a Reply