Amputé des deux bras, il traverse la Méditerranée à la nage

Le samedi 29 Septembre 2012 à 4 heures du matin, Thierry Corbalan est parti de l’Ile d’Elbe pour rejoindre le Cap Corse le lendemain, en monopalme. Si la performance est déjà remarquable en elle-même, elle devient exceptionnelle lorsque l’on sait que cet athlète est amputé de ses deux bras et qu’il a mis 15 heures 50 minutes pour relier les deux points !

Il réalisait cette traversée au profit de son association “Le Dauphin Corse“, qui redonne de l’espoir aux personnes souffrant d’un handicap.

Thierry Corbalan, un parcours hors norme

Ce sportif de haut niveau, titulaire du deuxième Dan de judo et entraîné par l’ex champion d’Europe Jean Paul Coche, voit sa vie tourner au cauchemar, quand, en 1988, suite à un accident, il subit une amputation des deux bras. Mais sa force de caractère lui permet de dépasser cette tragédie en se fixant de nouveaux challenges sportifs.

Acharné de compétition, Thierry commence par des marathons et, depuis trois ans, pratique le monopalme : c’est Franck Bruno, de l’Association Bout de vie qui le forme et le soutient dans cette discipline. Thierry relèvera un premier défi en 2009 : les Bouches de Bonifacio. La liste de ses exploits sportifs en nage monopalme ne fera ensuite que s’allonger. Jamais Thierry ne s’est “senti manchot“.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tuVxwhrBGzE[/youtube]

Traversée Ile d’Elbe/ Cap Corse : Samedi 29 Septembre 2012

Celui qu’on surnomme le Dauphin Corse part samedi, très tôt avant le lever du soleil, pour effectuer un trajet de 53 km. Durant son parcours, la mer et la météo ne se montrent pas clémentes, l’une apportant houle et courant, l’autre ciel orageux et vent. Il arrive cependant à conserver une trajectoire plus ou moins correcte grâce à son ami/partenaire Laurent Salingue qui rame à ses côtés et lui donne le cap à suivre.

Pour le guider au fil de cette longue nage, il est aussi précédé de deux bateaux accompagnateurs, avec à leur bord une petite équipe qui se charge de la sécurité et du bon déroulement du challenge. Ces bateaux servent aussi à donner la direction GPS au kayak de Laurent Salingue. C’est cette dernière embarcation qui tracte la bouée lumineuse sur laquelle Thierry Corbalan fixe son attention pour se diriger.

Thierry Corbalan dans l'eau

L’athlète doit effectuer des pauses toutes les 30 minutes pour se désaltérer, et toutes les heures pour absorber des boissons énergisantes.

Au final, après 16 heures d’efforts, Thierry et Laurent arrivent à la marine de Sisco (Cap Corse). Il est 19h45 et c’est l’euphorie pour une équipe épuisée par l’épreuve et les conditions difficiles.

Il faut enfin souligner que si Thierry Corbalan s’investit autant dans le sport, il ne le fait pas seulement pour se prouver quelque chose à lui-même mais surtout pour montrer à ceux qui sont dans le doute et désespérés, suite à un accident, que tout est encore possible pour celui qui veut vraiment. C’est dans cette même optique qu’il a fondé sa propre association.

Thierry Corbalan nage

Crédits photos : startin-sport.com, corsematin.com

Leave a Reply