Le partage : élément vital pour une entreprise aujourd’hui ?

Dans le cadre du partenariat entre IBM et la Cité de la réussite, Locita a rencontré Pierre Milcent, consultant réseaux sociaux d’entreprise et solutions collaboratives chez IBM.

Dans cet entretien, il partage son point de vue sur l’évolution des modes de travail au sein des entreprises, conformément au thème fédérateur de la Cité de la Réussite, le Partage, qui prévaut à la mise en place d’un réseau social d’entreprise (RSE).

Qui dit “partage” dit “contenus” disponibles… à partager. Cela semble évident et pourtant c’est une condition primordiale dans le cadre d’un RSE. Les contenus partagés au sein d’une entreprise doivent participer à l’enrichissement des hommes qui la composent et donc de l’entreprise dans son ensemble. Créer, produire et développer, voilà l’essence même de l’entreprise. Et dans l’économie de marché globale que nous connaissons aujourd’hui et qui affecte tout le monde, la quête de nouveaux modèles devient une nécessité.

L’avenir de l’entreprise et de l’économie en général se construit sur la nécessité de partager un destin “plus grand”, “une vision”, et de donner enfin du sens à l’engagement de chacun dans son travail et dans la communauté de travail.

Le partage est-il donc devenu un élément vital pour l’entreprise aujourd’hui ?

Les impératifs du succès d’un RSE peuvent s’analyser selon les trois besoins suivants :

-Mieux travailler pour être plus efficace, en termes de ressources et de processus métiers.
-Etre plus perspicace et agile pour s’adapter.
-Prendre l’avantage par l’innovation.

Pour répondre à ces enjeux, l’entreprise doit évoluer dans son mode de fonctionnement, dans son organisation, dans ses relations à son environnement. Et aucun changement ne peut se faire sans les hommes qui “sont” l’entreprise. Les nouvelles technologies participent à cette mutation, voire en sont à l’origine et les accélèrent. Un des impact les plus marquants pour le management étant la perte du coeur de leur pouvoir : la possession exclusive de l’information. Internet et les réseaux sociaux ont rendu les informations disponibles. Tout un chacun est à un clic de l’information.

Puisque l’information est disponible partout, tout le temps, ce n’est plus sa possession qui est importante. C’est la capacité à la partager, à la mettre à la disposition de l’autre. Le partage devient la pierre angulaire de cette adaptation sociétale et dans l’entreprise, cela se traduit par :

-le partage du savoir faire et de l’expertise.
-la capacité à trouver la bonne information ou la bonne personne experte d’un domaine.
-la collaboration interne.
-la mise en réseau des partenaires et clients.

Pour l’entreprise, l’organisation passe d’un mode hiérarchique pyramidal à un système de maillage en réseau. Cependant, la nature humaine reste ce qu’elle est et ce n’est pas parce que l’information est disponible qu’on devient capable d’en tirer des innovations et d’être un créateur de nouveaux contenus. D’ailleurs, Forrester a modélisé les rôles de chacun au sein d’un réseau selon une échelle d’implication.

La vision de Pierre Milcent est que pour réussir, un RSE doit apporter aux forces vives de l’entreprise les outils que chacun utilise déjà en dehors de sa vie professionnelle :

-pour son profil (qui elle est, que fait-elle, que sait-elle faire, qui connaît-elle : un LinkedIn interne).
-pour sa communauté (avec qui travaille-t-elle, avec qui est-elle en relation : un Facebook interne).
-pour ses activités (quelles sont ses tâches, que tague-t-elle : un del.icio.us interne).
-pour ses documents de travail (un wiki, blog interne).
-pour ses informations stockées (un cloud interne).

Cette problématique du partage de la connaissance est vitale pour l’entreprise d’aujourd’hui. Car désormais, l’environnement métier est devenu social.

La survie des savoirs techniques, marketing ou commerciaux internes à l’entreprise dépend de sa capacité à mettre en place des plateformes collaboratives de partage.
C’est devenu indispensable pour combler les pertes dues :

-aux départs des anciens collaborateurs avec leurs savoirs et expertises sans qu’aucun transfert ni archivage n’ait été réalisé.
-aux échanges professionnels entre collègues essentiellement par email, qui empêchent toute diffusion auprès des autres collaborateurs ainsi que tout stockage de la valeur intrinsèque de ces contenus.

Il devient donc nécessaire de revoir l’organisation de l’information au sein des groupes et des entreprises. C’est vital et le partage est le coeur et le poumon du nouveau système organisationnel que les entreprises sont conduites à mettre en oeuvre au sein de leur structure en associant tous les intervenants de leur écosystème : partenaires, prestataires et clients.

Leave a Reply