Le “Stade des Lumières” (OL Land) en questions

C’était l’une des priorités de Jean-Michel Aulas : il voulait un grand stade pour accueillir « son » club, l’Olympique Lyonnais. C’est aussi un projet qui monopolisait tout le monde à Lyon depuis 6 ans.

L’OL aura donc bien « son » grand stade (livraison prévue en 2014). Le permis de construire a été signé le 3 février (vendredi) par Pierre Créoz, le maire de Décines (commune de la banlieue Lyonnaise qui accueillera ce complexe).

A quoi ressemblera ce stade ?

Ce projet est un véritable complexe qui suit le modèle des grands stades européens, s’étendant sur 45 hectares. On y retrouvera bien sûr le Grand Stade de 58 000 places, le siège social d’OL Groupe, la boutique du club, ainsi que le terrain d’entraînement de l’équipe professionnelle.

Maquette 3D du grand stade de l'Olympique Lyonnais

Mais ce complexe sera aussi doté d’un centre de loisirs (bowling, aire de jeux pour enfants, espace de restauration), ainsi que d’hôtels 2 et 3 étoiles.

Pourquoi construire un nouveau stade ?

Le stade de Gerland dans lequel joue l’Olympique Lyonnais depuis sa création n’est pas la propriété du club. L’OL loue l’enceinte à la mairie de Lyon pour y jouer ses matchs à domicile.

Surtout, ce stade ne compte que 40 000 places et ne peut être ni agrandi ni modifié, car il est soumis à de nombreuses contraintes. Situé en zone SEVESO, il est classé « monument historique » par l’Unesco, ayant été construit par le célèbre architecte Tony Garnier.

Comme le rappelle Mr Aulas depuis des années :

Il n’y a pas de grand club européen sans un grand stade.

Pour franchir un cap, il était donc devenu inéluctable que l’Olympique Lyonnais déménage.

Comment Mr Aulas a-t-il imposé « son » projet ?

Ce stade est le principal cheval de bataille du président de l’OL depuis 6 ans. Devant le lobbying des associations de riverains et de protection de l’environnement, mais aussi de certains élus locaux, Mr Aulas a dû faire le forcing pour obtenir la signature du permis de construire.

En 2008, il mit un premier « coup de pied dans la fourmilière » en menaçant de démissionner si les travaux n’avaient pas débuté dans les 2 ans (ce qu’il ne fera finalement pas).

Puis, lorsque la France a gagné l’organisation de l’Euro 2016, il s’est fait recevoir par le Ministre des Sports pour tenter de faire « pression » pour que ce stade devienne un projet d’utilité publique. Cela aurait permis de déposer le permis de construire immédiatement (le Grand Stade ayant été retenu par l’UEFA parmi les stades devant accueillir des matchs de l’Euro 2016).

Grand Stade ? OL Land ? Stade des Lumières ? … Quel nom portera ce stade ?

C’est une question dont personne n’a actuellement la réponse. Le nom du stade est « à vendre » : un sponsor paiera pour que cette enceinte porte son nom (c’est ce que l’on appelle le « naming »).

En Europe, d’autres stades portent le nom d’un sponsor : l’Emirates Stadium d’Arsenal à Londres, l’Allianz Arena du Bayern Munich ou encore le MMArena du Mans.

On ne sait pas encore si certains “sponsors” ont déjà manifesté leur intérêt pour donner leur nom à ce nouveau stade.

Ces dernières semaines, l’Olympique Lyonnais a signé des partenariats avec des équipes provenant de Chine et des Emirats Arabes Unis. Connaissant Jean-Michel Aulas, il y a fort à parier que ces accords ont plus pour but d’attirer de nouveaux investisseurs (les pays du Golfe et les Chinois investissent de plus en plus massivement dans le football européen) que de trouver sur les terrains de Dubai ou de Shanghai le nouveau « Lisandro Lopez ».

Crédit photo : Football365

Leave a Reply