Retour sur l’USI 2012 : le rendez vous des Geeks et des Boss

L’USI est un évènement résolument différent de ceux que nous avons l’habitude de voir. Vous serez surpris, voir bousculé par certains intervenants. Ce qui est sûr, c’est que vous ne resterez pas indifférent. Rappelez-vous, nous vous indiquions il y a quelques mois que Locita allait être présent à l’événement.

Deux thèmes qui nous intéressent particulièrement, ont été repris par plusieurs intervenants:

  • développez votre esprit d’entrepreneur
  • allez à l’essentiel, battez vous pour ce qui en vaut la peine

Cet article reprend les différents intervenants qui en ont parlé.

Développez votre esprit entrepreneur

Plusieurs startups sont venues présenter leurs produits sur la première demi journée. C’était intéressant sur le fond et la forme. Il y eu deux sessions. La première session concernait le “data visualisation” et la seconde session concernait les “objets connectés“.

Sur la première session, nous avons particulièrement apprécié les interventions de deux sociétés: DataveyesBime.

Dataveyes, une start-up de visualisation interactives de données

Leur métier est basé sur la transformation des données en histoire.

Caroline Goulard a parlé d’un de leur projet fait pour Arte. L’objectif de ce projet était d’accompagner une série documentaire “I love démocratie“. L’enjeu était de trouver une représentation graphique factuelle pour illustrer la démocratie dans sept pays. Le travail a été de trouver plusieurs indicateurs qui permettent  de représenter le niveau de démocratie dans un pays . Ce travail était assez journalistique dans ce projet. L’apport de Dataveyes a été de rendre ces statistiques plus parlant, pour que cela devienne une expérience enrichissante et ludique. Le choix a été de mettre en place un dispositif pour permettre aux utilisateurs de comparer les statistiques entre pays, pour ainsi rendre plus pertinent les données affichées.

Le projet a démarré en rassemblant toutes les talents de l’équipe afin de trouver le meilleur angle pour illustrer ce documentaire. Le projet a demandé à peu prêt 1 mois et 1/2 de travail. L’équipe rassemblait un statisticien, un designer interactif, un développeur et un architecte de l’information. Une petite équipe avec des talents très complémentaires.

Bime, une start-up qui propose une solution décisionnelle en Saas

Vous ne payez que ce que vous utilisez, à tout moment vous pouvez vous désengager. Bime propose une plateforme qui est comme une boite à outils à disposition des utilisateurs. Le service permet donc de réaliser des tableaux de bord, il accepte tout type de données (excel, fichier, base de données etc..). Ils travaillent avec Amazon cloud service pour pouvoir gérer les montées en charge sans avoir à gérer les serveurs eux-même. Ils ont beaucoup travaillé sur l’interface internet. L’exemple montré était un peu court, mais c’était intéressant.

Si vous voulez en savoir plus, regardez cet interview de Rachel Delacour par Jean-Michel Billaut.

Sur la seconde session, deux sociétés ont présenté des projets très intéressants à découvrir : WithingsJoshfire

Withings conçoit, développe et industrialise des objets connectés haut de gamme

Withings a montré quelques uns de ses objets, comme le Babyphone. Sur le concept, nous n’avons pas accroché. Car ce type d’objet vous incite à prendre de la distance et vous faire croire que votre bébé reste en sécurité. Mais en tant que caméra de surveillance portative et interactive, l’objet est génial.

L’approche de Withings est de revisiter les objets de la vie quotidienne en les rendants communicants. Dans les prochaines années, selon Withings un des enjeux concerne la santé et le bien-être connectés. Withings cherche à créer un lien avec leur client, surtout après l’achat. En collectant les données de leurs objets, ils peuvent savoir l’âge moyen de leur utilisateur, se rendre compte des heures auxquelles se lèvent leurs clients, et avoir une connaissance des habitudes de leurs clients très fine.

Joshfire accompagne ses clients autour des nouveaux usages des objets connectés

Joshfirea présenté deux de ses réalisations, un miroir interactif et le “Smart Drop”. Ce dernier projet est une commande réalisée pour Evian. Steren Giannini a expliqué que l’origine de l’idée provenait d’une étude réalisée par Evian avec la société BETC DIGITAL.

Suite à un appel d’offre Joshfire a été retenu pour concrétiser ce concept. Il y eu plusieurs essais avant d’arriver à l’objet qui nous a été présenté. Pour information, cet objet a été réalisé à partir d’une carte OpenPicus.

 Cette matinée a été très enrichissante. Il était intéressant de voir que les équipes paraissaient totalement focalisées sur la valeur ajoutée de leurs services. Pas vraiment de discours de type business plan avec un planning de ce qu’ils feraient dans 5 ans. C’était plutôt la stratégie des petits pas, avec la démarche d’améliorer le service en fonction des retours d’expérience de chaque projet. Mais tous semblent animés d’une vision de ce qu’ils veulent mettre en oeuvre.

Chez Joshfire, nous avons bien aimé leur plateforme HTML5 adaptable pour faire du multi-devices. Leur objectif est de démocratiser la création d’applications pour les objets connectés. La vision de Joshfire de l’ubimedia est que chaque objet sera diffuseur de contenu et pourra intéragir avec son environnement.

Après cette matinée, nous nous sommes dit qu’il était encore possible d’avoir l’esprit entrepreneur en France et que ces sociétés seront très intéressantes à suivre dans les prochaines années.

Allez à l’essentiel, battez vous pour ce qui en vaut la peine

Plusieurs sessions nous ont semblé transmettre ce même message de “se battre pour ce qui en vaut la peine”.

Bob dorf a donné dans sa présentation un retour d’expérience et sa vision sur comment bien gérer une start-up. Bob Dorf est le co-auteur de The Startup Owner’s Manual. Il a beaucoup travaillé avec Steve Blank sur la pratique du Customer Development.

Dans cette session Bob Dorf a expliqué :

  • Les différentes étapes du développement client (Customer Discovery, Customer Validation – search, Customer Creation, Company Building)
  • Le développement produit piloté par les retours utilisateurs
  • Le  business model canvas

Yves Morieux a fait une session sur le futur des DSI.

Yves Morieuxa montré comment l’organisation actuelle des SI nous entraine dans une logique de la complexité qui ne peut être qu’un échec.

Nous vous invitons à lire cet article du Touilleur express qui en parle très bien.

Cette vidéo de 2010 retransmet bien son message : “L’enjeu est de transformer l’IT en force de coopération entre les équipes et les membres de l’entreprise”.

Philippe Starck, bien qu’en petite forme, a brillamment présenté les différents concepts d’architecture étudiés par ses équipes et l’éthique de son entreprise.

Son intervention a commencé par rappeler certains de ses produits phares, comme Good goods (catalogue de non produits, ayant une réelle légitimité à exister).

Puis Philippe Starck a survolé plusieurs concepts d’architecture :

  • invisibilité, dématérialisation : exemple de la chaise transparente pour faire disparaitre ce qui ne peut être dématérialisé
  • subconscient collectif : exemple chaise Louis Ghost, objet intégrant la mémoire collective d’une culture
  • design démocratique : exemple baby bottle, objectif monter la qualité, tuer le prix et le distribuer au maximum de gens
  • écologie démocratique : exemple éolienne, même concept d’intégrer le design à l’écologie et de le rendre accessible à tous
  • miracles technologiques : exemple casque parrot, un produit pour lequel Philippe Starck semble très fier
  • héritage intemporel : exemple baccarat, comment revisiter un savoir faire et éviter à ces sociétés de mettre la clé sous la porte
Autres concepts abordés :
  • santé : exemple bracelet de poids. Ce sont des objets design qui contribuent à votre santé
  • ère post plastique : Fin du pétrole d’ici 30 ans, ce qui est grave c’est l’impact sur les objets du quotidien
  • bio plastique : concept dangereux, car pour Philippe Starck la nourriture ne doit pas servir à créer des objets
  • bionisme : seule voie selon Philippe Starck pour permettre de continuer notre mutation

Philippe Starck a terminé son intervention en posant une série de questions : On rentre dans l’ère de l’instable. La question est de savoir combien de temps faudra-t-il pour apprendre à conduire un monde instable ? Et comment peut-on faire une décroissance positive ?

Dommage que par manque de temps, il n’y ait pas eu d’échanges sur ces sujets.

Souvent les blagues de Philippe Starck consistent à justifier le design pour se différencier, un peu par snobisme. Comme le fait d’avoir une éolienne chez soi, pour montrer qu’on est écolo. J’interprète cette façon de tourner en dérision les concepts comme une forme d’échec dans l’adoption du design par le grand public.

Après son intervention, notre impression était la suivante: le design à travers les objets était abouti, on ne va plus inventer grand chose, cela fait parti du process de création des objets.

Là où le design va sans doute le plus progresser c’est à travers les services. Ce qu’on appelle l’expérience utilisateur. Un exemple de réussite sont les smartphones, car c’est par le design de leur interface qu’ils ont pu devenir simples à utiliser, les rendant indispensables. Des objets comme la balance de Withings ou le Smart Drop de Joshfire s’inscrivent dans cette voie. Ce sont des objets conçus pour s’effacer dans notre quotidien et dont le service a été désigné pour en simplifier son utilisation.

Quelle est la prochaine étape ?

Au final, l’USI n’est là que pour renforcer vos intuitions ou vous apporter de nouvelles idées.

Un exercice à faire est de se demander quels sont les prochains objets qui vont être revisités ? Pour y répondre, l’hypothèse est d’identifier tous les objets dont l’interface d’utilisation est complexe.

En voici une petite liste, lesquels aimeriez-vous voir revisiter ?

  • autoradio
  • tableau de bord de voiture
  • télécommande de télévision
  • télévision
  • serrure de porte

Cette fin d’article est un petit détour pour vous montrer que l’USI vous aide à vous questionner et qu’Octo sera ravis de vous accompagner dans l’ingénierie de vos projets surtout s’ils offrent des challenges inédits.

Les vidéos de l’USI sont disponibles

L’USI a montré une nouvelle fois que son format en fait une conférence différente.

Les vidéos des keynotes et des intervenants sont disponibles sur le site usievents.com.

Prenez le temps d’en visionner quelques unes, cela vaut le détour !

Merci à Octo pour les invitations offertes à Locita.

Leave a Reply