Salon du jean : des alternatives écologiques pour la fabrication du denim

Le salon “Denim by Première vision” a présenté mercredi et jeudi à Paris les dernières nouveautés technologiques en faveur de l’environnement. L’industrie du jean, régulièrement qualifié de pollueur, peut à présent profiter des bienfaits du vin et du recyclage de bouteilles de soda.

Hommes, femmes, enfants, le jean est sans conteste le vêtement présent dans la garde robe de toute la famille. La fabrication de ce pantalon indémodable constitue pourtant une source de pollution importante.

Consommation trop importante d’eau, d’électricité et utilisation de trop nombreux produits toxiques sont au centre des griefs des ONG qui réclament aussi plus de recyclage. La tendance de cette année est donc à l’innovation afin de rendre le jean plus écologique.

La société Cone Denim – fournisseur du géant Lévis – produit des jeans fabriqués à 75%  à partir de bouteilles recyclé. D’après Kara Nicholas, responsable marketing de la maison, ce chiffre représente une consommation de 7 à 8 bouteilles par pantalon. La production de ce tissu écologique particulier ne représente cependant encore que 10% de l’ensemble des collections.

Afin d’obtenir les couleurs brut ou indigo si caractéristiques du jean, la plupart des fabricants utilisent des colorants nocifs pour l’Homme et l’environnement. Pourtant, une simple bouteille de vin peut être à la base d’une alternative nouvelle, source écologique de la coloration du denim.

Selon Barbara Jnutti, manager chez ITV Denim, le bleu de Prusse peut être obtenu en plongeant le tissu dans du vin, puis dans un bain à base de fer et enfin dans un liquide spécial contenant la formule secrète de la maison. “Le bleu de Prusse est la couleur de base à partir de laquelle peuvent être obtenues toutes les nuances de bleu des jeans traditionnels” précise barbara Jnutti.

Outre les colorants, l’autre préoccupation des écologistes concerne le gaspillage d’eau. pour fabriquer un jean, il faut compter environ 40 litres d’eau. Certains fabricants ont cependant réussi à fixer le colorant dès la première teinture. L’eau de rinçage restée propre peut donc être réutilisée. Selon David Bardin, responsable marketing pour l’Europe de la société Tavex, l’économie se monte à 300.000 litres d’eau par jour soit 12 litres par jean. Les économies de traitement et de re traitement des eaux compensent le process de teinture un peu plus cher et permet à Tavex d’arriver à des coûts de fabrication comparables avec les coûts habituels de leur fabrication industrielle.

 Environnement et industrie peuvent donc fonctionner de pair. Les progrès sur le développement durable se feront bien si elles ne se font pas au détriment de la mode et que “durable” résonne encore comme “désirable” dans l’esprit du consommateur.

 

Crédit photo : deathtiny42

Leave a Reply