Diana Vreeland : l’Autre Diana

Bien avant Anna Wintour, Emmanuelle Alt ou tout le régiment des éditeurs et éditrices de mode sur-médiatisés, il y a eu Diana Vreeland. Le monde de la mode s’apprête à lui rendre hommage à travers un film, un livre et l’inauguration d’une étoile sur le Rodeo Drive Walk of Style de Beverly Hills.

Américaine née à Paris, d’un père anglais et d’une mère américaine, elle grandit et s’épanouit dans un milieu bourgeois où elle fréquente la sulfureuse Wallis Simpson et la révolutionnaire Gabrielle Chanel. Elle évolue dans les milieux mondains et artistiques qui l’amènent à rencontrer tant Georges V que les troupes de danse londoniennes.

C’est en suivant son banquier de mari qu’elle regagne les Etats-Unis et devient, dès 1937, journaliste pour le Harper’s Bazard. Son éducation, ses fréquentations et son sens unique de la mode l’amènent rapidement à devenir Editrice du célèbre magazine avant de rejoindre l’institution Vogue en 1962. Elle gardera son poste jusqu’en 1971 pour rejoindre ensuite le Costume Institute du Metropole Museum de New York en tant que consultante.

Diana Vreeland l’avant-gardiste, inconditionnelle de Balanciage ou Saint Laurent, s’illustre en conseillant notamment Jackie Kennedy ou Lauren Bacall. Elle a fait et défait la mode à une époque où foisonnent les talents d’Andy Wharol, d’Helmut Newton ou Twiggy traversant l’Océan Atlantique pour rependre l’esprit Studio 54 outre Atlantique.

Oscar de la Renta, Diane Von Furstenberg ou Manolo Blahnik doivent l’envol de leurs carrières et leurs réputations à l’œil aiguisé de cette prêtresse avant l’heure.

Le bikini est la chose la plus importante depuis la découverte de la bombe atomique.

23 ans après sa mort,  le petit monde du papier glacé honore l’une des icônes les plus électriques ayant chamboulé l’industrie de la mode.

Un film très attendu sur sa vie, réalisé par sa petite fille, sortira aux Etats-Unis le 21 septembre prochain. Espérons qu’il arrive jusqu’aux salles françaises très rapidement !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=HP3wsNdANhM[/youtube]

Vous pouvez découvrir ce personnage unique à travers le livre “Diana Vreeland : The Eyes has to travel”.

L’occasion de replonger dans l’univers authentique des années 50 à 70, qui ont vu naître les grands noms devenus des classiques, grâce à la passion et sous l’impulsion de figures uniques telles que Diana Vreeland.

Crédits photos : stylist.co.uk

Leave a Reply